flecheLa règle et la vie des Frères Mineurs est celle-ci: observer le saint évangile !



Saint François d'Assise

La sainteté se vit et grandit au coeur de la vie ordinaire...  

top Dimension anthropologique de la sainteté de François

stfrancois

En quoi la figure de saint François pourrait-elle sembler actuelle pour les jeunes? En quoi pourrait-elle toucher leur cheminement humain et spirituel ? En leur posant ces questions, nous avons découvert, grâce à eux, que la sainteté de François conserve une actualité permanente. De plus, ils ont exprimé le souhait que certains aspects de sa vie comme la pauvreté, la simplicité, le regard sur la création etc… soient  réactualisés, compte tenu de la nouveauté du contexte économique et social du monde actuel. Ce désir nous apparaît fort intéressant car il écarte toute idéalisation ou bien toute dimension idéologique de la relation à un saint et à son message. L’actualisation du message et des valeurs d’un saint, vécu il y a huit cents ans, ne s’enracine-elle pas dans cette dynamique qui, à partir du Vatican II, nous invite à vivre la sainteté au quotidien ? Question qui nous semble vitale ! Le quotidien, n’est-ce pas notre vie ordinaire, celle que chacun et chacune d’entre nous vit chaque jour avec son âge, sa santé, sa situation familiale, professionnelle, son environnement social et politique ? N’est-ce pas dans le concret où se construit notre vie jour après jour, où nous pouvons goûter la joie de vivre et préparer un avenir que nous espérons meilleur ?

           

top Sainteté au coeur de la vie quotidienne

stfrancois

A partir de cette sainteté au quotidien, nous tenons à souligner un aspect significatif qui a accroché les jeunes. Il s’agit de la dimension anthropologique de la sainteté de François. Pour eux, cette sainteté ne se réduit pas à la fascination de l’extraordinaire, elle ne s’oppose pas à la culture ambiante, au contraire, elle met en relief  le fait qu’elle se vit et qu’elle grandit au cœur de la vie ordinaire. Il s’agit de la réintégration du spirituel au cœur de l’humain cheminant dans une recherche quotidienne de fidélité plus grande, de persévérance plus forte à suivre le Christ en vivant à la lumière de l’Évangile. Il est sûr que cette démarche exige beaucoup d’efforts. Il s’agit de retrouver le visage authentique de la sainteté après avoir purifié les images inconscientes de notre religiosité. Dans le dix neuvième congrès de la Societas Liturgica qui avait pour thème « une nuée de témoins », FRIJHOFF parle d’une dérive dans le champ sémantique de la sainteté, il dit : « la société contemporaine multiplie le recours aux saints vivants. Les journaux et magazines, les programmes audiovisuels, la musique populaire et la presse du cœur elles-mêmes sont pétris de langage hagiographique qui multiplie les références aux modèles à suivre, à imiter, ou simplement à vénérer ou à admirer.  » Il s’agit d’un discernement à opérer pour ne pas confondre la sainteté avec l’idolâtrie. Les jeunes sont provoqués par cette  sainteté au quotidien. Ils sont attirés par l’exemple de la vie des saints. S’agit-il d’une sainteté qui renvoie à l’origine et à la source de toute sainteté, Dieu lui-même ? Cette attirance suscite-t-elle en eux l’appel à suivre le Christ sur les chemins de l’Évangile pour réaliser leur histoire de fils et de filles de Dieu ? Ce sont des questions que ne peuvent éluder les agents pastoraux !            

W. FRIJHOFF, Le congrès s’est tenu en août 2003 aux Pays-Bas. Au sujet de cette multiplication des références aux modèles à suivre, FRIJHOFF ajoute : « Aux Pays-Bas, un programme télévisé de la chaîne catholique est allé jusqu’à organiser un concours de désignation du « saint » de l’année, appelant les téléspectateurs à proposer des gens vivant exemplairement dans leur entourage, puis à voter pour établir le palmarès. »

top Une sainteté aimable

Le fait d’être attiré par un saint, d’être interpellé par sa vie peut entraîner, chez les jeunes, des réactions parfois raisonnables, parfois spontanées et sentimentales. Cela s’est avéré dans ce qu’ils nous ont exprimés sur saint François. Plusieurs d’entre eux ont perçu en lui le visage d’une sainteté aimable. Ils le trouvent actuel, proche d’eux, compréhensif de leur âge, de leurs désirs, de leur combat. Ils sont confiants en sa capacité de leur ouvrir des chemins d’humanité, de leur inspirer une manière humaine et chrétienne d’être et d’agir, d’aboutir à un certain épanouissement de leur foi. Ils veulent l’imiter mais en ajoutant souvent : « à leur façon. » Ils l’accueillent comme un modèle et une référence incontournable. À leurs yeux,  c’est ce qui rend les saints humains et proches des jeunes, frères d’humanité !