flecheLa règle et la vie des Frères Mineurs est celle-ci: observer le saint évangile !



Sainte Claire

Claire (1194-1253) est le pôle féminin de la spiritualité franciscaine.

top Biographie

Claire est d’une famille de noblesse féodale, impressionnée parles ruptures radicales de François son concitoyen, elle décide, âgée environ de 18 ans, de vivre l’aventure de la pauvreté absolue (refus de tout bénéfice et de toute sécurité matérielle). Après une fugue nocturne (dimanche des Rameaux 1212), elle se fait couper les cheveux par François (signe de consécration religieuse au Moyen Âge) et se lie à lui par une promesse d’obéissance.

sainte claireQuelques semaines plus tard, accompagnée de sa sœur Agnès, en rupture familiale elle aussi, et sans doute de quelque autre compagne, elle est installée par François dans les dépendances de la petite chapelle de Saint-Damien, d’om elle ne sortira plus jusqu’à sa mort (1253). Elle y vit avec de nombreuses sœurs qui l’y rejoignent (dont sa propre sœur Béatrice et sa mère Ortolana) une vie de prière, de relations fraternelles simples et démocratiques ( on est à l’époque des communes livres), de pauvreté radicale.

Pour avoir un statut religieux juridique elle doit s’appuyer sur la seule règle alors reconnue, celle de saint Benoît et accepter un règlement très rigide que lui propose le cardinal Hugolin (plus tard pape de 1227 à 1241). Mais Claire souhaite avoir une règle qui lui soit propre et qui la rattache au rameau franciscain. Elle devra en attendre l’approbation près de 40 ans : c’est sur son lit de mort qu’elle reçoit la bulle d’Innocent IV approuvant la première règle composée par une femme.

Dans l’entre-temps ; Claire aura rédigé un texte appelé Testament où elle exprimera avec grande force son attachement à certaines valeurs : lien à l’Ordre des Frères Mineurs, pauvreté, vie communautaire. A sa mort, environ 70 monastères (dont 50 en Italie et 7 en France) se rattachent plus ou moins étroitement à son mouvement.

top Spiritualité

Demander au pape le « privilège de la pauvreté » : quelle audacieuse initiative de la part d’une jeune fille issue d’une riche famille d’Assise, que rien ne destinait à une vie humble et austère !

Alors que la spiritualité de son siècle s’exprime encore essentiellement à travers les croisades, les miracles et autres faits souvent extraordinaires, Claire, à l’Ecole de François d’Assise, ouvre la voie à une spiritualité toute différente, plus intérieure, voulant suivre le Christ « pauvre et crucifié » dans une pauvreté évangélique radicale, en prenant « la dernière place », dans la joie de ne rien posséder. Femme de courage, de décision, de longue patience, Claire avait aussi une spiritualité d’émerveillement joyeux, de louange.

Ses dernières paroles furent : « Béni sois-tu, Seigneur, de m’avoir créée. »

top Sites Internet à visiter

Titre du site
Auteur Lien